En boîte de nuit, dans les cafés et les bars, en festivals ou lors d’évènements sportifs, la musique est partout, et à un volume souvent élevé. En tant qu’organisateur vous avez la responsabilité des nuisances sonores qui pourraient être causées sur le lieu de votre manifestation. Plus de conseils et d’outils pour soutenir une diffusion responsable.

Le son est une sensation auditive provoquée par une vibration. Il se définit par deux caractéristiques principales :

  • Sa fréquence qui va déterminer la « Hauteur » du son (grave ou aigu). Elle se mesure en Hertz, noté Hz.
  • Son intensité qui va déterminer son volume. Elle se mesure en décibel, noté dB.

LES RISQUES

« 1,1 milliard de jeunes à travers le monde pourraient courir un risque de perte auditive due à des habitudes d’écoute dangereuses » (OMS).

Ecouter la musique à un volume élevé fait partie de la fête, mais n’est pas sans risque !

La musique et le bruit peuvent endommager l’oreille s’ils sont consommés :

  • Trop fort
  • Trop longtemps (durée d’exposition)
  • Dans de mauvaises conditions (sous l’emprise de substances, les réflexes auditifs peuvent être amoindris et la protection naturelle de l’oreille aussi).

Les pertes d’audition ont des conséquences sociales et psychologiques importantes et les effets des surexpositions sonores sur l’audition apparaissent des années plus tard.

Une exposition prolongée à de forts niveaux sonores provoque des traumatismes qui peuvent malheureusement être irrémédiables.

On en dénombre quatre :

La fatigue auditive:

Baisse passagère de l’audition. Impression de moins bien entendre, sensation d’oreilles cotonneuses…, ces signes constituent des signaux d’alarme!

Les acouphènes:

Sifflements ou bourdonnements dans l’oreille de manière continue. C’est une hallucination auditive qui peut être temporaire ou permanente.

L’hyperacousie:

Hypersensibilité de l’oreille à certains sons. Elle les perçoit plus fort qu’ils ne le sont vraiment.

La surdité:

Perte de l’audition. Elle peut être progressive ou traumatique. Provoquée par la destruction de cellules ciliées, elle est irréversible.

CE QUE DIT LA LOI

La législation fixant les normes acoustiques pour la musique dans les établissements publics et privés provient de l’Arrêté royal du 24 février 1977 (M.B. 26.04.1977).

Ces établissements doivent être aménagés de telle façon que le niveau sonore mesuré dans le voisinage :

  • ne dépasse pas de 5 dB le niveau du bruit de fond, quand celui-ci est inférieur à 30 dB ;
  • ne dépasse pas 35 dB quand le niveau du bruit de fond se situe entre 30 et 35 dB ;
  • ne dépasse pas le niveau du bruit de fond, quand celui-ci est supérieur à 35 dB.

Ce niveau sonore est mesuré à l’intérieur d’un local ou d’un bâtiment, portes et fenêtres fermées, en plaçant le microphone à au moins 1 m de distance des murs et à une hauteur de 1,20 m au-dessus du sol.

En tant qu’organisateur, lorsque le niveau est dépassé ou que le maintien de l’ordre l’exige, vous devez pouvoir immédiatement baisser ou couper l’émission sonore.

Le niveau sonore en dB est mesuré à l’aide d’un sonomètre, qui satisfait au moins aux conditions de précision définies dans la norme belge NBN 576.80, avec la caractéristique dynamique « lente ».

Avant chaque mesure, ou série de mesures relatives à une même source sonore, le sonomètre est mis au point à l’aide d’une source d’étalonnage acoustique.

Dans les établissements publics, le niveau sonore maximum émis par la musique ne peut dépasser 90 dB.

    Etiam magna arcu, ullamcorper ut pulvinar et, ornare sit amet ligula. Aliquam vitae bibendum lorem. Cras id dui lectus. Pellentesque nec felis tristique urna lacinia sollicitudin ac ac ex. Maecenas mattis faucibus condimentum. Curabitur imperdiet felis at est posuere bibendum. Sed quis nulla tellus.

    ADDRESS

    63739 street lorem ipsum City, Country

    PHONE

    +12 (0) 345 678 9

    EMAIL

    info@company.com